Comité Territorial de Rugby de Guyane : site officiel du club de rugby de CAYENNE - clubeo

Quelques stats après la phase de poule

19 août 2017 - 12:34

Petit récapitulatif sur les principales statistiques à l'issue de la phase de poule de la Coupe du Monde de Rugby Féminin 2017 en Irlande au cours de laquelle 18 matches ont été disputés en trois journées de match.

  • Au total, 981 points ont été inscrits (373 le premier jour, 330 le deuxième et 278 le troisième jour). Avec 51 points, Magali Harvey (Canada) reste la meilleure marqueuse de points des phases de poule, statut qu'elle a d'ailleurs conservé chaque jour de match. On retrouve en deuxième position Portia Woodman (Nouvelle-Zélande) avec 45 points puis Kendra Cocksedge (Nouvelle-Zélande) avec 41 points. Dans le Top 10 figurent quatre Françaises : Caroline Ladagnous (5e avec 25 points), Montserrat Amédée (6e avec 21 points), Romane Ménager (9e avec 20 points) et Shannon Izar (10e avec 17 points). Dans ce classement, la Nouvelle-Zélande est la première nation (213 points), suivie de l'Angleterre (157) alors que l'équipe de France est la troisième nation à avoir inscrit le plus de points en phase de poule (141 points).
  • 161 essais ont été marqués lors de la phase de poule (63 le premier jour, 53 le deuxième jour et 45 le troisième jour), avec une moyenne de 9 essais par match. Portia Woodman (Nouvelle-Zélande) domine le classement avec neuf essais (dont huit contre Hong Kong), suivie de la Canadienne Magali Harvey (six essais). Caroline Ladagnous est la troisième réalisatrice (cinq essais). L'autre Française à figurer dans ce classement est Romane Ménager (7e avec quatre essais). L'équipe de France conserve sa position de troisième nation en termes d'essais (23) derrière l'Angleterre (27) puis la Nouvelle-Zélande (35).
  • 79 transformations ont été passées lors des 18 rencontres des phases de poule et c'est toujours Kendra Cocksedge (Nouvelle-Zélande) qui est la première de ce classement (18 transformations), suivie de Magali Harvey (Canada) avec neuf transformations et Montserrat Amédée (France) avec huit transformations sur les 13 qu'a réussi la France (2e au classement par pays), soit 56% de réussite au pied. La Nouvelle-Zélande reste la première nation en la matière (19 transformations, soit 54% de réussite) et l'Angleterre troisième (11 transformations, soit 40% de réussite).
  • Au cours des trois journées lors de la phase de poule, 17 939 mètres ont été parcourus (6 613 le premier jour, 5 630 le deuxième jour et 5 696 mètres le troisième jour). Même si elle a moins couru pour son troisième match (82 mètres), Portia Woodman (Nouvelle-Zélande) est la première sur ce segment avec 486 mètres parcourus, suivie par l'Américaine Naya Elena Tapper (368 mètres) et enfin l'Italienne Manuela Furlan (353 mètres). La seule Française dans ce top 10 est Romane Ménager (249 m). Dans le Top 3 des pays : la Nouvelle-Zélande (2 362 m), le Canada (2 320 m) et la France (2 187 m).
  • 6 103 passes en tout ont été réalisées en trois jours. La troisième journée est celle où le ballon a le plus circulé avec 2 048 passes (contre 2 021 le deuxième jour et 2 034 le premier jour). Et à ce jeu, l'Australienne Katrina Barker domine le classement (284) devant l'Américaine Deven Owsiany (251) et la Française Yanna Rivoalen (226 passes). Dans le Top 3 des pays qui ont fait le plus circulé la balle au cours de ces trois journées, le Canada prend la première place (686 passes), l'Angleterre la deuxième (673 passes) et les USA la troisième (623 passes).
  • 4 907 ballons portés ont été observés lors de la phase de poule, mais c'est lors de la troisième journée qu'il y en a eu le plus : 1 751 (contre 1 568 le deuxième jour et 1 628 le premier jour). Lors du match à suspens entre la France et l'Irlande de la troisième journée (remporté par la France 21-5), l'Irlande a effectué 171 ballons portés pour tenter de percer la défense tricolore (contre 127 pour la France) ; loin des 210 de l'Australie contre le Japon (le record de cette troisième journée). Au classement général Kelly Russell (Canada) conserve la tête (64 ballons portés) devant l'Australienne Grace Hamilton (56) puis l'Irlandaise Ciara Griffin (53). Le classement par équipe est différent : le Canada (524), l'Angleterre (519) et l'Irlande (487). La France arrive en 6e position avec 427 ballons portés en trois matches.
  • Après deux jours où la Nouvelle-Zélande a dominé le classement des plaquages réussis, la France a pris la tête avec un taux bonifié de 93,3% (au lieu de 91,7% au deuxième jour) devant la Nouvelle-Zélande (92,9%) et l'Australie (89,8%). Alors que l'Espagne n'arrive qu'en 6e position avec un taux de réussite de 84,8%, deux joueuses espagnoles dominent toujours le classement général : Maria Ribera (76 plaquages) et Diana Gasso (73).
  • Plus le tournoi avance, moins les lancers en touche sont réussis. Alors que l'Irlande, le Pays de Galles et le Canada affichaient un 100% de réussite au premier jour, la deuxième journée avait fait chuter ce taux : 94,4% pour le Canada, 89,7% pour le Pays de Galles et 88% pour l'Irlande. Au terme du troisième jour, ce taux est encore plus bas : 86,2% pour le Canada, mais 89,5% pour l'Irlande, 88,9% pour le Pays de Galles et 88,2% pour la France.
  • Les six Joueuses du Match élues au terme de la troisième journée de la Coupe du Monde de Rugby Féminin sont : Aldora Itunu (après la victoire de la Nouvelle-Zélande 48-5 sur le Canada), Alex Matthews (après la victoire de l'Angleterre 47-26 sur les USA), Patricia Garcia (après la victoire de l'Espagne 22-8 sur l'Italie), Grace Hamilton (après la victoire de l'Australie 29-15 sur le Japon), Shona Powell-Hughes (après la victoire du Pays de Galles 39-15 sur Hong Kong) et Safi N'Diaye (après la victoire de la France 21-5 sur l'Irlande).
  • La capitaine de la Nouvelle-Zélande Fiao'o Faamausili a gagné sa 50e sélection lors du match contre le Canada. Et pour l'occasion, elle s'est offert un essai... à la 50e minute de la rencontre.
  • Les USA sont devenus meilleurs deuxièmes et se sont qualifiés pour les demi-finales de la Coupe du Monde pour la première fois depuis 1998.
  • La victoire de l'équipe de France sur l'Irlande a été suivie par 2,35 millions de télespectateurs (12,1% de part d'audience) avec un pic à 3,1 millions en fin de rencontre. C'était la première fois qu'une chaine historique (France 2) diffusait un match de rugby féminin en prime time.  

Source : World Rugby.org

 

Commentaires

---- IFAS ----